Médiathèque

Holden, Jim, Stan Cullis, The Iron Manager (Breedon Books Publishing, 2013)

sans-titre

La Médiathèque d’Heristage est une page – régulièrement mise à jour – où nous publierons une liste des différents ouvrages utilisés pour nos articles et cités dans les bibliographies. Retrouvez pour chacun de ces ouvrages les références ainsi qu’un bref commentaire sur ce que nous en avons pensé.

Si vous recherchez un livre sur un thème en particulier, nous vous conseillons d’effectuer une recherche par mots clefs (CTRL+F), qui sont employés dans nos descriptions.

Cinémathèque

Hooper, Tom, The Damned United (Sony Pictures Home Entertainment, 2009)

51ztj6kse1lFilm inspiré du célèbre livre 44 jours de David Pearce, lui-même inspiré du court passage de Brian Clough en tant qu’entraîneur de Leeds. Excellent pied d’entrée dans l’histoire du football anglais, le film retrace la première partie de carrière de Brian Clough, avec pour fil rouge son court passage de 44 jours à la tête de Leeds United, où il avait succédé à l’été 1974 à son plus grand ennemi, Don Revie. C’est au travers de flashbacks que le réalisateur revient sur la progression de Brian Clough et de son Derby County jusqu’au titre de 1972, mais aussi et surtout sur l’escalade de la rivalité entre les deux hommes. Les superbes performances des acteurs, et notamment de Michael Sheen dans le très difficile rôle de Brian Clough, sont à saluer. Ceci dit, le film n’est pas biographique et il comporte des éléments inexacts, atténués ou amplifiés. Si le film dresse un portrait plus avantageux de Clough que le livre de départ – ce qui effrayait la famille à la sortie -, nombres de critiques ont tout de même été formulées : l’alcoolisme de Clough, la relation Clough/Taylor, les inexactitudes chronologiques et factuelles ou encore le complotisme des joueurs de Leeds. Ceci dit, et malgré ces limites qu’il faut garder à l’esprit, The Damned United reste un film à voir absolument !

Scalpello, Ron, Bobby (Entertainment One, 2016)

91l6q8ol8rl-_sl1500_Film documentaire retraçant la vie de Bobby Moore, célèbre capitaine de l’Angleterre championne du Monde en 1966. Débutant par l’entrée sur la pelouse des Anglais et des Allemands lors de la finale, le documentaire jongle ensuite astucieusement avec les flashbacks pour nous raconter l’ascension du génie anglais avec West Ham jusqu’à ce mémorable 30 juillet 1966. Place alors à la suite de la carrière de Moore : son passage à Fulham avec George Best, ses vains espoirs de devenir entraîneur et sa vie de commentateur radio. De très bonne facture, ce documentaire dresse un portrait assez complet de Bobby Moore, grâce à l’intervention de très nombreux témoins. Soignant la dramaturgie du documentaire, Scalpello s’attarde aussi avec émotion sur le cancer surmonté par Moore, puis sur sa difficile vie post-football. L’ascension de Bobby Moore est cependant traitée trop rapidement à notre goût, alors que le tout ne semble peindre que les côtés positifs d’une personnalité plus complexe.

 Strong, James, United (Revolver Entertainment, 2011)

uniteddvdDans ce film, le réalisateur James Strong se penche sur un sujet difficile mais bien connu du grand public. Il a en effet pour ambition de raconter l’histoire des Busby Babes, de leur inarrêtable ascension à leur tragique disparition lors du tristement célèbre crash de Munich le 6 février 1958. C’est l’histoire du survivant Bobby Charlton qui est prise comme fil rouge : on suit son évolution au sein de l’équipe, sa survie au crash puis la fin de saison 1958 d’un United alors géré par l’assistant Jimmy Murphy. Tragique et gorgé d’émotion, ce film ne peut simplement laissait personne indiffèrent. Bien filmé, il retranscrit à la perfection l’ambiance et l’atmosphère d’alors. Simplifiant l’histoire pour en faire un film, le réalisateur a été critiqué pour ses quelques erreurs factuelles. Le personnage de Matt Busby est ainsi globalement à revoir. Le plus embêtant reste pourtant le focus permanent sur Bobby Charlton et Duncan Edwards, qui omet donc des personnages centraux tel le capitaine Roger Byrne, Eddie Colman, David Pegg et les autres. Enfin, s’il parle de football, il est dommage que le film – qui reste de bonne facture- ne le montre que très peu.

Bibliothèque

Batty, Clive, Kings of King’s Road: the Great Chelsea Team of the 60s and 70s (Vision, 2007)

51edhlytzulExcellent livre de Clive Batty qui s’intéresse à Chelsea durant deux décennies – 1960s et 1970s – qui auront assurément donné au club une tout autre envergure dans le pays. Le point de départ du livre est la vente de Jimmy Greaves et la fin du règne de Ted Drake ; sont ensuite analysés les passages de Tommy Docherty (1961-1967) et de Dave Sexton (1967-1974), les deux architectes de la grande équipe de Chelsea vainqueur, notamment de la FA Cup 70 et le la Cup Winners’ Cup 71. Clive Batty respecte la chronologie mais n’hésite pas à inclure des chapitres thématiques qui dynamisent la lecture. 300 pages de pur plaisir en somme, qui retracent la construction, la gloire et le démantèlement d’une équipe composée des Osgood, Hudson & Cie, équipe qui a plus qu’aucune autre su surfer sur la vague émancipatrice de l’époque.

Dunphy, Eamon, A Strange Kind of Glory, Sir Matt Busby & Manchester United (Aurum Press, 2007)

41b4qc5s78l-_sx299_bo1204203200_Biographie de Sir Matt Busby rédigée par Eamon Dunphy, qui a la particularité d’être un ancien joueur passé par les équipes jeunes du Manchester United de Matt Busby. Conséquent en termes de volume, ce livre retrace fidèlement la vie de Matt Busby, et nous permet de découvrir plus amplement le personnage et l’entraîneur. La découverte progressive des différentes équipes de Busby est par ailleurs bien documentée. Ceci dit, le volume de l’ouvrage pose problème : plutôt que de s’adonner dans ses apartés à des analyses qui se voudraient objectives comme le fait Jonathan Wilson, Dunphy n’hésite pas à donner son avis sur beaucoup de sujets. Parfois intéressantes, ses opinions peuvent tout autant devenir agaçantes dès lors qu’il prend des longueurs pour énoncer des banalités, ou à l’inverse faire passer des sujets débattus pour des certitudes. Si elle aurait donc pu être épurée pour rendre la lecture plus fluide, cette biographie n’en reste pas moins de qualité.

Holden, Jim, Stan Cullis, The Iron Manager (Breedon Books Publishing, 2013)

51xotaas4hl-_sy346_Livre consacré à Stan Cullis, célèbre joueur puis entraîneur de Wolverhampton. D’abord capitaine du club et de la sélection nationale, puis entraîneur de ce même club, Stan Cullis dynamise le football anglais des années 1950 par sa rivalité avec le Manchester United de son ami Matt Busby. Si les Wolves sont si importants à l’époque – trois titres de champions -, c’est en grande partie grâce à l’autoritaire Stan Cullis, qui prône un football très offensif basé sur le Kick and Rush. S’il permet de saisir la grandeur du personnage, ce petit livre (180 pages) n’en reste pas moins frustrant dès lors que les différentes saisons sont traitées avec une extrême rapidité. Les évolutions techniques d’une saison à l’autre ne sont pas étudiées en profondeur ; l’auteur se contente de brosser un portrait général de son sujet et des faits marquants de sa carrière.

James, Gary, Football with a Smile – The Authorised Biography of Joe Mercer OBE (ACL and Polar Publishing, 1993)

telechargement

Tout est dans le titre ! Partez à la rencontre de Joe Mercer, homme incroyablement attachant qui se démarque par ses grandes qualités humaines et son amour démesuré pour le football. Connu aujourd’hui pour sa célèbre carrière d’entraîneur qui le vit développer ses ‘Mercer’s Minors’ à Aston Villa, tout remporter à Manchester City avec son célèbre assistant Malcolm Allison et remettre sur pied la sélection lors d’un court intérim, cette biographie retrace tout autant sa brillante carrière de joueur, de ses titres de Champions à Everton et Arsenal, à ses prestations en équipe nationale, en passant par son titre de Joueur de l’année 1950. Le livre est de grande qualité tant par le fond que par sa forme tout à fait unique: plusieurs illustrations sont proposées à chaque page, ce qui rend la lecture tout aussi enthousiasmante que le personnage.

Keith, John, The Essential Shankly (Robson, 2001)

51e9yfry1sl-_sx320_bo1204203200_Biographie de Bill Shankly réalisée par John Keith, auteur par ailleurs d’une biographie de Bob Paisley – assistant puis successeur de Shankly. Si le bouquin permet indéniablement de saisir une bonne partie du personnage, on reste tout de même sur notre faim en matière de détails. En effet, des presque 280 pages, seules les 100 premières sont consacrées à une biographie chronologique du génie écossais. Son travail à Huddersfield, sa première génération de joueurs à Liverpool, la difficile transition puis son second Liverpool nous sont résumés de manière un peu trop rapide. Le reste du bouquin – avec des parties notamment consacrées à un entretien entre l’auteur et Shankly, à des citations ou à une rencontre entre Shankly et le premier ministre Harold Wilson – reste néanmoins intéressant. Non conseillé donc si vous êtes à la recherche de détails sur la façon dont il a construit ses équipes.

McKinstry, Leo, Sir Alf (HarperSport, 2010)

51f47yfqjml-_ac_ul320_sr206320_Un véritable pavé de près de 500 pages qui retrace en détail le parcours de Sir Alf Ramsey, entraîneur ayant fait de l’Angleterre le Champion du Monde 1966. Dans ce livre passionnant, sa carrière de joueur est bien évidemment retracée, notamment son titre de champion avec un Tottenham qui avait alors réalisé un exploit rare : emporter d’affilée la Second Division (1950) et la First Division (1951). Dix années plus tard, c’est en tant qu’entraîneur que Ramsey réédite l’exploit, emportant la Second Division (1961) puis la First Division (1962) avec Ipswich Town. Cette prouesse le propulse à la tête de la sélection ; il y façonne ses Wingless Wonders qui deviendront donc Champions du Monde. La taille du livre est due à l’impressionnante quantité de témoignages recueillis par l’auteur : le bouquin devient ainsi à certains endroits un recueil d’interviews assez répétitives, alors que les saisons sont traitées un peu trop rapidement à notre goût. Le bouquin permet néanmoins de saisir formidablement le personnage.

Osgood, Peter, King, Martin & Knight, Martin, Ossie – King of Stamford Bridge (Mainstream, 2003)

51cqsrhtl-_sx322_bo1204203200_Dans cette autobiographie de Peter Osgood, écrite avec l’aide de Martin King et Martin Knight, Ossie nous raconte sans indiscrétions sa vie, de son enfance à Windsor à ses occupations de retraité en passant évidemment par ses heures de gloire avec Chelsea. Les auteurs réussissent un tour de force pas toujours évident en nous offrant un livre concis – 191 pages – et détaillé à la fois qui nous permet de prendre toute la mesure du personnage, de son enfance, de son parcours et de ses coéquipiers sans trop en faire. L’ouvrage pêche néanmoins par sa mise en page austère et sa préjudiciable absence d’illustrations qui le rendent visuellement moins attractif que d’autres autobiographies du genre. Le livre n’en reste pas moins intéressant, notamment pour les fans de Chelsea cherchant à découvrir plus amplement l’excitante équipe des 1960s et 1970s.

Shaw, Don, Clough’s War (Ebury, 2010)

519sn-1rwpl-_sx316_bo1204203200_Excellent livre écrit par Don Shaw, dramaturge qui prit en octobre 1973 la tête du ‘Derby County ¨Protest Movement’. Objectif: ramener Brian Clough à la tête de Derby County, qu’il vient de quitter suite à une lutte intenable avec son président Sam Longson. Romanesque bien que biographique, ce bouquin nous présent toute la chronologie du mouvement, de ses états de grâces à ses moments de doutes. Personnage central à l’époque, Don Shaw nous raconte magistralement cette histoire assez invraisemblable, et nous fait découvrir plus amplement encore le mythique Brian Clough. Si le manque d’illustrations est condamnable, l’intensité et le suspens du livre font de ces 240 pages une lecture agréable et dynamique qui servira plus encore à forger la légende de Old Big ‘Ead.

Sutcliffe, Richard, Revie: Revered and Reviled (Great Northern, 2010)

51qjw0n7a7lRichard Sutcliffe se fixe avec ce livre un objectif très clair: réhabiliter Don Revie à la face de l’Angleterre. Entraîneur du grand Leeds des 1960s/1970s, Revie a largement été critiqué pour le comportement violent de son équipe ; et le célèbre film The Damned United (Tom Hopper, 2009) – en soulignant son opposition avec l’attachant Brian Clough – n’a pas servi à le disculper, bien au contraire. Fan de Leeds, Sutcliffe s’emploie dès lors à peindre Don Revie – personnage complexe, aussi tourmenté qu’attachant – dans une biographie chronologique, réalisée en collaboration avec des proches, qui s’attarde successivement sur ses brillantes carrières de joueur et d’entraîneur. L’exercice est sans contexte une réussite, malgré une objectivité partielle : les écrits sont détaillés sans être rébarbatifs, et le lecteur ressort de cette lecture en ayant pris toute la dimension du génie de Don Revie.

Tossell, David, Bertie Mee: Arsenal’s Officer and Gentleman (Mainstream, 2005)

519tvb8canl-_sy344_bo1204203200_Biographie de Bertie Mee, entraîneur d’Arsenal de 1966 à 1976 et donc vainqueur du doublé 1971, écrite par l’excellent David Tossell. Comme dans chacune de ses biographies, l’arbitrage entre quantité d’informations et confort de lecture est astucieux : il rend la lecture confortable et dynamique par une sélection judicieuse des informations et événements à traiter. Ni trop long, ni trop court, le livre de près de 300 pages retrace la carrière de Mee, de son passage à l’armée à sa pige d’assistant à Watford, en s’attardant bien évidemment sur son passage de physiothérapeute puis d’entraîneur à Arsenal. Une biographie de qualité en somme qui permet de découvrir plus amplement un entraîneur encore trop méconnu.

Wilson, Jonathan, Nobody Ever Says Thank You – Brian Clough, the Biography (Orion, 2012)

51ezdasqq-lBiographie réalisée par le célèbre Jonathan Wilson – du Guardian notamment – à propos du non-moins célèbre Brian Clough. Fidèle à sa minutie et à son amour du détail, Wilson réalise avec ce livre un rêve de tout journaliste sportif anglais : écrire la biographie la plus complète qui soit sur l’entraîneur le plus captivant du dernier siècle. Les 550 pages nous mènent donc de l’enfance de Clough à Middlesbrough à ses plus grands succès avec Nottingham Forest, en passant par sa carrière de joueur, ses succès à Derby et son passage à Leeds. Tout y est décrypté – et en détail ! – dans un livre qui suit une chronologie stricte. Malgré quelques longueurs causées par le descriptif de chaque saison, ce livre n’en reste pas moins la recherche la plus aboutie à propos du ‘Old Big ‘Ead’.

Rémi Carlu

Crédit photos:

www.amazon.co.uk, DR