Interview – James Corbett, fondateur de la maison d’édition deCoubertin Books

Heristage vous propose grâce à ses interviews de découvrir d’autres manières d’appréhender et de transmettre l’histoire du football anglais. Nous sommes cette fois allés à la rencontre de James Corbett. Journaliste et écrivain, James Corbett a surtout créé en 2009 deCoubertin Books, une maison d’édition particulièrement concentrée sur la publication de livre sur le football. L’histoire du football y a ainsi une place prépondérante. Venez donc découvrir ce journaliste ambitieux et audacieux, qui nous présente ici deCoubertin Books, projet d’une vie, et ses avis sur l’histoire du football anglais.

Pour découvrir le travail de deCoubertin Books et acheter des livres, vous pouvez vous rendre dès à présent sur le site, www.decoubertin.co.uk.

À propos de James Corbett

« Mes bouquins ont d’abord été écrits à la main, puis ensuite seulement dactylographiés. »

Pouvez-vous tout d’abord vous présenter ?

Je suis un journaliste, auteur et Evertonian qui est tombé dans le monde de l’édition il y a huit années environ. J’essaye d’allier ces quatre passions avec mes autres responsabilités, à savoir celles de père, de mari et d’athlète raté (rameur, coureur et footballeur).

Vous avez écrit plusieurs livres: pouvez-vous nous en dire plus à propos de la façon dont on s’y prend pour écrire un livre, de la toute première décision à la publication ?

En ce qui concerne l’écriture, il doit y avoir un manque dans la littérature actuelle, un angle de travail à suivre pour traiter l’histoire et une année environ de votre vie pour l’écrire. J’ai écrit trois livres seul et collaboré à l’écriture de cinq autres. Mes bouquins ont d’abord été écrits à la main, puis ensuite seulement dactylographiés. Bien que ce soit laborieux, je pense que cette connexion physique entre stylo et papier ajoute une plus-value au travail, et le fait ensuite de s’asseoir pour tout retranscrire sur ordinateur donne à l’aspect ‘édition par soi-même’ une tout autre dimension. Les livres auxquels j’ai participé sont plutôt basés sur des interviews. Il faut alors vérifier et revérifier les faits et leurs détails. Dans cette mesure, ça ressemble plutôt à un vrai travail de journaliste.

À propos de deCoubertin Books

« La ligne éditoriale était et est restée très simple: être frais et original, être à l’écoute des auteurs, et maintenir des principes éditoriaux et créatifs de haut niveau. »

Comment deCoubertin Books est-il né ?

J’avais écrit et publié deux livres, l’un avec une grosse maison d’édition et l’autre par un éditeur indépendant, mais par deux fois j’avais été déçu et frustré par le processus d’édition. On m’avait par exemple consulté sur l’esthétique du livre, mais je n’avais pas été écouté : Macmillan avait ainsi été à l’encontre de mon idée et avait décidé de mettre Wayne Rooney avec le maillot de l’Angleterre en couverture de mon livre sur Everton. Ils pensaient que ça améliorerait les ventes; je savais qu’il allait être vendu à Manchester United. Le livre a ainsi été publié le jour du transfert! Cette expérience résume parfaitement les diverses frustrations que les processus éditoriaux m’ont fait connaitre. Depuis, il y a eu des changements technologiques qui ont permis de placer les outils manufacturiers entre les mains des créateurs. Je ne voulais pas être simplement un auteur qui se publiait soi-même, mais plutôt créer une maison d’édition qui me servirait moi, mes amis et mes collègues. Je n’aurai jamais pu imaginer à la naissance de deCoubertin Books en 2009 que nous en serions là où nous en sommes aujourd’hui.

sin-col-decoubertin-logo

Quelle est la ligne éditoriale de deCoubertin Books?

La ligne éditoriale était et est restée très simple: être frais et original, être à l’écoute des auteurs, et maintenir des principes éditoriaux et créatifs de haut niveau.

Comment décrieriez-vous la relation actuelle entre la littérature et le football en Angleterre ?

Ça ne fait que s’améliorer. L’ascension de deCoubertin s’est faite simultanément à l’avènement de magazines comme The Blizzard, d’autres éditeurs indépendants comme Backpage et d’entreprises investissant dans l’impression telle Wisden Sports Writing. Il y a aussi de plus en plus de blogs de très bonne qualité.

Quelle est la taille de votre public actuel et potentiel ?

Le public est assez large pour faire fonctionner une maison d’édition qui puisse se concentrer sur le football. Il est cependant trop limité encore pour publier des livres qui seraient considérés comme des best-sellers, à savoir avec des dizaines ou des centaines de milliers de ventes.

Que recherchez-vous dans un livre sur le football en tant que maison d’édition ?

Nous recherchons de l’originalité, une belle plume, et la volonté de l’auteur de participer à toutes les étapes, de la publication jusqu’à la promotion du livre.

Pouvez-vous nous parler des différents événements organisés par deCoubertin Books?

Je pense que le fait qu’un auteur aille à la rencontre du public est une étape très importante de la publication. Ça aide par ailleurs les ventes, et sans ventes, notre modèle ne serait pas économiquement soutenable.

Avez-vous des projets sur le point d’être développés ?

Nous révélerons notre programme de publication pour 2017 dans les prochaines semaines seulement.

À propos des livres sur le football

« Je considère qu’un livre doit être un belle objet. »

Que recherchez-vous dans un livre sur le football en tant lecteur? Quel rôle l’aspect esthétique du livre joue-t-il ?

Je recherche de l’originalité et une belle plume. L’aspect esthétique est très important aussi, je considère qu’un livre doit être un belle objet, mais ce n’est pas suffisant en soit. L’autobiographie de Cruyff est ainsi très belle, mais le contenu l’est beaucoup moins.41ezalpxivl-_sx324_bo1204203200_

Nous imaginons que vous êtes un lecteur invétéré: quel est votre livre favori? Un livre que vous auriez aimé publié? Un livre que vous auriez aimé écrire?

Mes livres préférés sont All Played Out de Pete Davies et The Football Man d’Arthur Hopcraft (ci-contre). En tant que maison d‘édition, faire de la biographie de Aiden Doherty écrite par Oliver Kay un succès aurait été très gratifiant.

À propos de l’importance de l’histoire du football anglais

« À ce moment-là, y aura-t-il encore des différences entre le football et les autres divertissements télévisés ? »

Pourquoi pensez-vous qu’il est important de raconter et de transmettre l’histoire du football anglais? Est-ce plus important aujourd’hui qu’il y a 20 ans?

Peut-être parce que les traditions orales de certains clubs se perdent, alors que les fans sont eux petit à petit remplacés à cause du prix par des touristes et des entreprises. Quand je regarde ma ville de Liverpool, je vois une génération entière qui n’a plus accès à Anfield et donc à ses traditions de jours de match. C’est à ce niveau que les livres sont importants, ils permettent de préserver des histoires et des légendes pour l’éternité.

À quel point l’accumulation actuel de l’argent dans le football met-elle en danger les racines historico-culturelles des clubs et du football ?

C’est une menace, comme expliqué avec l’exemple de Liverpool, mais c’est aussi une opportunité. Je regarde mon club, Everton : ils utilisent l’argent pour s’impliquer dans la communauté, en subventionnant des tickets pour les jeunes ou en organisant des projets par exemple. Everton est le club du peuple en Mersey et le restera grâce à sa prévoyance. A l’inverse, dans 10-20 ans, il y aura des familles entières supportant Liverpool qui n’auront plus accès aux matchs. Des grand-près, des pères, des fils. À ce moment-là, y aura-t-il encore des différences entre le football et les autres divertissements télévisés ?

À propos de l’histoire du football anglais

« Ils perpétuent une forme de nostalgie et d’identité. »

Y-a-t-il une époque précise qui vous intéresse et pourquoi?

Pas spécialement non, chaque décennie est fascinante à sa manière.

Dans une perspective historique, ne pensez-vous pas que la plupart des légendes du football véhicule des valeurs paternalistes ? Quel rôle les écrivains jouent-ils là-dedans ?

Je ne pense pas non. Ils perpétuent une forme de nostalgie et d’identité. Il est clair que certains auteurs sentimentalisent et perpétuent mythes et légendes, mais la majorité d’entre eux sont crédibles et honnêtes dans leur jugement.

Choisissez une équipe que vous appréciez tout particulièrement dans l’histoire du football anglais et expliquez pourquoi.

Je pense que les outsiders complètement inattendus sont toujours de superbes histoires à raconter, avec des intrigues secondaires et des histoires individuelles. Je dirai donc Burnley 1960 (voir ici), Ipswich 1962 (ci-dessous), Derby 1972 (voir ici), Everton 1985 et Leicester 2016.

unlikely_champs

Choisissez un entraîneur que vous appréciez tout particulièrement dans l’histoire du football anglais et expliquez pourquoi.

Je pense que puisque j’ai pu entrer en contact direct ou indirect avec la plupart des grands entraîneurs d’après-guerre, la mystique autour d’eux et de leur personnage est un peu retombée. Donc je choisirai l’avant-gardiste et révolutionnaire Herbert Chapman (voir ici).

Choisissez un ou plusieurs joueurs que vous appréciez tout particulièrement dans l’histoire du football anglais et expliquez pourquoi.

Neville Southall, qui était d’abord mon héros de jeunesse, puis le sujet de mon livre et désormais un ami. C’était un super joueur, et c’est superbe personne, sans égo, mais pourtant souvent mal comprise. Il cherche toujours à rendre le monde meilleur par ce qu’il fait.

En résumé:

Sir Tom Finney or Sir Stanley Matthews?

Tom Finney.

Herbert Chapman ou Sir Matt Busby?

Herbert Chapman.

Brian Clough ou Don Revie?

Don Revie.

En tant que fan d’Everton, Harry Catterick ou Howard Kendall?

Howard Kendall.

Last but not least

« Le passé ne peut pas toujours avoir été meilleur. »

Le football était-il mieux avant?

Pas mieux, ni pire, mais juste diffèrent. Chaque génération se languit et exprime de la nostalgie d’une époque passée, mais le passé ne peut pas toujours avoir été meilleur.

(Ci-dessous, James Corbett et le légendaire Howard Kendall en séance dédicace).

ots-howard-kendal-1-james-cobett-book-signing-encyclopaedia-broadhursts-southport-ots-onthespot-ots-otsnews-co_-uk_0

Rémi Carlu

Crédits photos:

www.decoubertin.co.uk, deCoubertin Books
www.amazon.co.uk, DR
www.talksport.com
www.otsnews.co.uk, DR

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s